Vivre à Château-les-Martigues - Site officiel de la ville

Navigation principale

Vous êtes dans : Accueil > Familles > Patrimoine > Les sites à découvrir absolument

Les sites à découvrir absolument

Trois véliplanchistes glissent sur les vagues de l'étang de Berre

Aujourd'hui encore, il est possible à tout un chacun de partager l'histoire de Châteauneuf-La Mède à travers les nombreux sites à visiter sur son territoire. Ils vous éclaireront sur ces périodes qui ont marqué la ville et vous feront découvrir ses richesses.

Les sites "côté ville"

La chapelle Sainte-Cécile

La chapelle Sainte-Cécile, qui donne son nom au quartier qui l'entoure, est l'édifice le plus ancien de la ville. Elle daterait du VIIIème siècle et les fouilles ainsi que les différentes hypothèses émises pourraient nous inciter à penser qu'elle est bâtie sur le passage d'une voie romaine. Probablement construite à l'emplacement d'un ancien monument païen, elle a été remaniée à plusieurs reprises. Restaurée en 1975, elle abritait de nombreux vestiges de la période médiévale. Sa cloche, placée dans le clocheton de la chapelle, est la plus ancienne de la paroisse (1671). Elle se trouvait autrefois dans le clocher de l'église paroissiale de l'ancien village situé sur les pentes du Castellas et fut classée monument historique le 14 février 1946. Entourée par d’agréables jardins, elle charme les passants par sa simplicité et sa sobriété. On peut visiter la chapelle lors des «Journées du Patrimoine» en septembre et sur demande auprès de l'Office de tourisme.

La Vierge noire et la table d'orientation

Bénie le 19 août 1860 et baptisée "Notre dame du castellas" en 1963, elle doit son surnom de "Vierge noire" du fait de sa teinte noirâtre due à l'oxydation. Erigée sur le «Mamelon du moulin défendu», elle serait une copie de "Notre dame de Fourvière". Renversée par le vent en mai 1867, elle est reconstruite en 1868. La foudre la touche plusieurs fois dont la plus récente fut le 30 juillet 1999. Aux pieds de cette grande dame, vous trouverez une table d’orientation qui permet de repérer les points culminants de la région et d’admirer le panorama du pourtour de l’étang de Berre.

Le four à pain

Cuire le pain sous l'Ancien Régime étant un privilège seigneurial, les habitants devaient, pour utiliser le four du seigneur qui se trouvait place de la Forge, s'acquitter d'un droit, qui sera aboli à la Révolution. Sur les livres terriers, on note la présence de nombreux fours sur la commune. Aujourd'hui, on trouve encore un d'entre eux sur le parking du vieux four. Rénové en 2001, il appartenait à la première boulangerie construite entre 1840 et 1870 et démolie en 1999. Le pain y était cuit au feu de bois et l'été, par souci d'économie, les habitants du village allaient y faire cuire leurs gros plats (daube…).

Le monument Henri-Fabre

Le 28 mars 1910, le célèbre inventeur Henri Fabre décolle de l’étang de Berre avec le premier hydravion, surnommé «le canard», et y amerrit. Le lendemain, après un premier essai infructueux, il réalise un vol de six kilomètres depuis La Mède jusqu’au pont de Ferrière, à Martigues. On crée alors, en hommage à ce grand moment de l’histoire de l’aéronautique, le monument «Henri-Fabre», sculpté par Ary Bitter. Communément appelé «L’Aigle» ou «L’Albatros», il a été érigé en surplomb du lieu du décollage de l’hydravion, puis inauguré le 18 juin 1936.

 

Les sites "côté nature"

L'Abri de la Font aux Pigeons

Situé au sud du village actuel, cet abri sous roche servait d’habitation dès 7500 avant J.C., ce qui fait de cet abri un des plus anciens sites préhistoriques connus du pourtour de l’Etang de Berre. Site éponyme découvert en 1899 par Répelin, il a d’ailleurs donné le nom de "Castelnovien" à cette civilisation du Mésolithique (7500 à 6000 ans avant J.C.) qui se définit, entre autres, par une taille particulière du silex. Lors des fouilles réalisées en 1979 par Jean Courtin, directeur de recherche au CNRS,  de nombreux outils, des restes alimentaires, des coquilles de moules dentelées, un mystérieux galet gravé et des éléments de parures ont été découverts. Le site est également occupé au Néolithique (dès 6000 avant J.C.) sans interruption ni abandon entre les deux périodes. Il montre le passage d’une société de chasseurs-cueilleurs à une société d’agriculteurs et d’éleveurs avec un matériel archéologique caractéristique. Le site nous a aussi livré un atelier de fabrication de parure. La plupart de ce matériel est visible aujourd’hui au musée des Amis de Castrum Vetus.

Le sentier de découverte

Le Sentier de découverte, aménagé dans les collines châteauneuvaises depuis l’Abri de la Font aux Pigeons au Puits de Barbe, conduit le promeneur vers un vaste panorama. Ce parcours, réalisé par l’Office de tourisme en partenariat avec le musée des Amis de Castrum Vetus et l’Association pour le développement des activités pédagogiques et sportives de Provence, permet aux visiteurs de découvrir en chemin la flore typique de notre région ainsi que des vestiges du passé qu’ils soient préhistoriques, géologiques ou historiques.

La grotte du Figuier

La particularité de la grotte du Figuier est qu'elle a été creusée par un torrent souterrain dont les traces sont encore visibles de parts et d'autres de la paroi. Une légende dit que cette grotte relierait Châteauneuf et La Mède.

Le vallon du Saut

Le circuit du Vallon du Saut a été retenu par le Plan départemental des itinéraires de petite randonnée (P.D.I.P.R). Il offre des attraits variés dont un site d’escalade réputé composé d’environ 210 voies d’escalade allant du niveau 3 (facile) au 8b (réservé aux grimpeurs chevronnés). Le vallon du Saut est un superbe endroit boisé très prisé par les amateurs d’ascensions. L’ensemble des accès proposés est répertorié dans un document disponible au Centre social Maison pour tous.

Le Fortin du Saut

Découvert au début du XXème siècle, cet habitat a été occupé entre 2500 à 1800 ans avant J.C. Véritable donjon naturel, le Fortin du Saut est un piton rocheux très escarpé surplombant l’étang de Berre. L’étude de l’ensemble des vestiges nous permet de mieux connaître le quotidien de ses habitants. Ils ont développé une culture dite "Campaniforme", caractérisée par une céramique en forme de cloche retournée (du latin campana). C’est le début de l’âge des Métaux avec les premiers objets en cuivre. Les dernières fouilles de l’été 2002 ont permis d’étudier le matériel plus précisément avec des méthodes plus modernes et de préciser les dates d’occupation du site. Une salle du musée des Amis de Castrum Vetus est consacrée au fortin du Saut. 

Le Barlatier Patafloux

Associant une pinède et un marais, cette zone naturelle, surnommée "la petite Camargue", se situe entre l'étang de Bolmon et des terres cultivées. Propriétés du Conservatoire du littoral, ces terrains sont entretenus quotidiennement par le SIBOJAI (syndicat intercommunal du Bolmon et du Jaï), organisme qui réunit le Conservatoire du Littoral, Total et les communes de Châteauneuf et de Marignane.  Dans ce milieu écologique particulier, on peut croiser des chevaux, des taureaux et des centaines d'espèces d'oiseaux (colverts, sarcelles, flamants roses, aigrettes garzettes…) La flore est également très riche au cœur de la zone humide (salicorne, orchidées, roselière…). Afin de découvrir ce site tout en le sauvegardant, un observatoire a été installé en bordure du Bolmon et un sentier de découverte labellisé "Tourisme et handicap" (accessible aux personnes à mobilité réduite) a été aménagé.

Le rocher des Trois Frères

Emergeant à l’extrémité de l’anse de La Mède, "Les Trois Frères" ont acquis une certaine notoriété sous la plume d’Alexandre Dumas dans l’ouvrage "Le Midi de la France". La légende raconte, qu’il y a bien longtemps, quand l’étang n’existait pas, une immense plaine en occupait la place où un paysan, qui avait trois fils, y cultivait son blé. A sa mort, il fit jurer à deux de ses fils de s’occuper du troisième, aveugle, et de ne le léser en rien. Ces derniers firent d’abord trois parts égales puis, peu à peu, tentés, finirent par piller leur frère infirme. Pour les punir, Dieu pétrifia les trois meules de blé et les noya… Ainsi seraient nés "Les Trois Frères". Un des rochers fut détruit en grande partie lors du creusement du canal de Marseille au Rhône (1911-1926).

 

Service des Archives municipales

Pôle culturel Jean-Claude-Izzo
Avenue des anciens combattants à Châteauneuf-les-Martigues
Tél. : 04 42 09 35 68
Horaires d’ouverture :
Du mardi au vendredi de 13h00 à 17h00 sans rendez-vous et de 9h00 à 12h00 sur rendez-vous.

 

Musée des Amis de Castrum Vetus

4, Montée des ruines à Châteauneuf-les-Martigues
Tél. : 04 42 79 81 56
Horaires d’ouverture :
Le dimanche de 15h00 à 18h00 et sur rendez-vous les autres jours.

Office de tourisme

3, Rue Léon-Blum à Châteauneuf-les-Martigues
Tél. : 04 42 76 89 37 ou 38
Site Internet
Horaires d’ouverture :
Hiver : Du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 14h00 à 17h30, 1 samedi sur 2 de 9h00 à 12h00
Eté : (Mi-mai à fin septembre), le lundi de 14h30 à 18h00, du mardi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 14h30 à 18h00, le samedi de 9h00 à 12h00.

 

Partager cette page sur

Villes et Villages Fleuris

Hôtel de Ville
Place Bellot - BP 70024
13168 Châteauneuf-les-Martigues Cedex